Fresh french 2014 : les nouveaux visages du cinéma français



Filed under : On en parle

A l’occasion de la rentrée 2014, j’ai participé à l’élaboration d’un dossier autour des jeunes acteurs qui s’apprêtent à marquer l’année cinématographique. L’occasion d’une réflexion sur les difficultés du cinéma français à révéler de nouveaux visages et à faire confiance aux jeunes comédiens, mais aussi d’un petit tour d’horizon, en huit portraits, de ceux que l’on n’a pas fini de voir sur les écrans.

Article publiée sur www.ecrannoir.fr le 8 janvier 2014

Tout part d’un constat un peu alarmant : où est la relève, côté comédiens, du cinéma français ? Qui sont les acteurs (actrices) qui feront les stars non pas de demain, mais déjà d’aujourd’hui ?

Force est de constater que la très jeune génération (moins de vingt-cinq ans) peine à s’imposer dans un cinéma français qui privilégie les visages interchangeables, et surtout les têtes d’affiche « bankables ». Quand aux Etats-Unis, on est une star avant 25 ans, en France, c’est à peine si, à cet âge-là, on vous fait déjà confiance.

Confiance : le mot est lâché. Car là semble bien être le problème du cinéma français qui redistribue éternellement les mêmes acteurs par manque de foi dans les nouveaux ou, pire, les inconnus. Cette absence de renouvellement finit par enrayer un système qui tournait déjà en rond : parce que les télés produisent le cinéma, elles imposent des noms connus des téléspectateurs, et refusent frileusement tout jeune acteur qui n’a pas suffisamment fait ses preuves. Ce faisant, elles se détournent de plus en plus franchement d’une classe d’âge (les 20-30 ans) qui n’avait guère besoin de cela pour se désintéresser du cinéma français. Pas étonnant qu’il s’agisse de la cible privilégiée du cinéma américain, qui, lui, ne l’a jamais négligée.

Alors les jeunes comédiens font leurs armes chez les jeunes réalisateurs (avec plus ou moins de succès) ou en marge de l’industrie. Quitte à ramer, ensuite, pour s’extraire d’une étiquette « art et essai » qui finit par être aussi sclérosante qu’une autre.

Lire la suite sur www.ecrannoir.fr

A lire aussi, les portraits de :

– Anaïs Demoustier

– Ana Girardot

– Adèle Haenel

Solène Rigot

Comments are closed.