Cannes 2013 : Qui est Adèle Exarchopoulos ?



cannes2013-adeleexarchopoulosDe son propre aveu, Adèle Exarchopoulos « ne [rêvait] pas » de cinéma… Heureusement, le cinéma, lui, rêvait d’elle. La toute jeune fille, inscrite dans un cours de théâtre, passe sa première audition par hasard, après avoir été repérée par une directrice de casting. Elle n’est pas retenue pour le rôle (dans Le cou de la girafe de Safy Nebbou) mais a la satisfaction d’avoir passé plusieurs tours qualificatifs… et surtout d’avoir essayé.

Très vite, une autre opportunité se présente, et cette fois ce sera la bonne. Elle est la « Martha » du moyen métrage éponyme de Jean-Charles Hue, puis enchaîne avec Boxes de Jane Birkin. Elle a 11 ans et le cinéma devient une évidence dans sa vie.

En 2007, elle est à l’affiche des Enfants de Timpelbach de Nicolas Bary, où elle incarne l’une des « meneuses » du groupe d’enfants qui dispute le contrôle du village à un autre clan. Joli succès public.

Suivent Tête de turc de Pascal Elbé (qui lui vaut une pré- nomination au César du meilleur espoir féminin), Chez Gino de Samuel Benchetrit (où elle joue la fille de José Garcia et Anna Mouglalis) et Carré blanc de Jean-Baptiste Leonetti (dans lequel elle interprète le personnage de Julie Gayet jeune).

Mais c’est surtout sa prestation dans La rafle de Roselyne Bosch qui marque les esprits, puisqu’elle y est la petite Anna Traube, l’une des rares survivantes du Vel d’Hiv.

Peu à peu, elle multiplie les rôles et les expériences. Cette année, on l’a ainsi découverte en ado caméra au poing dans Des morceaux de moi de Nolwenn Lemesle avant de la retrouver dans I used to be Darker de Matthew Porterfield (sélectionné à Berlin) et surtout dans La vie d’Adèle de Abdellatif Kechiche, l’adaptation de la bande dessinée Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh. La voici plongée dans la compétition cannoise avec un des cinéastes les plus réputés du cinéma français.

La jeune actrice y incarne une adolescente d’une quinzaine d’années qui ressent une attirance violente pour une jeune femme aux cheveux bleus interprétée par… Léa Seydoux. Vu le talent de Kechiche pour révéler et lancer les jeunes comédiennes avec lesquelles il travaille (Sara Forestier, Hafsia Herzi), il y a fort à parier que 2013 soit définitivement l’année d’Adèle Exarchopoulos. Avec une pluie de prix d’interprétation à la clef ?

A lire sur www.ecrannoir.fr

Comments are closed.