Cannes 2013 : Lettre à Jafar Panahi – Jour 8



Cher Jafar,

Je sais comme cela te tient à cœur que chacun puisse tourner librement les films qu’il souhaite et les montrer le plus largement possible. Sur le sujet, tu aurais sûrement beaucoup d’idées à échanger avec Mahamat-Saleh Haroun, présent en compétition à Cannes avec son film Grigris.

Le cinéaste tchadien se bat contre l’invisibilité du cinéma africain en Afrique comme dans le reste du monde. « Je pense que c’est important que l’Afrique soit présente à Cannes » a-t-il déclaré lors de la conférence de presse de Grigris. « Et il faut que l’on se batte pour faire des films importants, qui soient présents dans les grands rendez-vous cinématographiques. Le cinéma a besoin d’Afrique, et l’Afrique a besoin de ces rendez-vous importants comme Cannes. Il faut que notre présence soit vraiment banalisée. »

Il a également lancé un appel aux réalisateurs africains eux-même, les invitant à prendre les choses en mains : « Il n’y a pas de circuits de distribution, il n’y a pas de visibilité dans notre propre continent. Donc il revient à chaque cinéaste africain digne de ce nom de donner une visibilité à l’Afrique, en étant dans un grand rendez-vous cinématographique (…) On ne peut pas en permanence invoquer l’absence de financements, parce qu’à un moment, il arrive aussi que peut-être les cinéastes peuvent avoir une part de responsabilité. Je me dis que le coup de tête, il faut aussi pouvoir le donner soi-même, avant de dire qu’il faut qu’en permanence quelqu’un puisse nous donner un coup de pouce« .

Un discours courageux et volontaire, qui te parle, j’en suis sûre, toi qui arrives à faire des films même quand on te l’interdit, même en étant assigné à résidence. Car le cinéma c’est aussi cela, un droit que l’on s’arroge coûte que coûte, un besoin insidieux, une nécessité qui se situe au-delà des autorisations et des questions matérielles. Filmer pour exister et surtout filmer pour ne pas mourir.

A retrouver sur www.ecrannoir.fr

Comments are closed.