Cannes 2013 : lettre à Jafar Panahi – jour 6



Cher Jafar,

Tu sais que le monde du cinéma ne t’oublie pas ? Depuis mercredi, tu es même à l’honneur sur les murs du Palais des festivals à Cannes ! C’est dans le cadre de l’exposition « les dessins de la liberté » qui réunit des dessins de presse du monde entier.

Dessins qui sont vendus aux enchères aujourd’hui au profit de Cartooning for Peace. Créée en 2008 par Kofi Annan et Plantu, cette association combat toute forme d’intolérance et rassemble des dessinateurs chrétiens, juifs, musulmans, agnostiques et athées.Environ 80 dessins humoristiques sur le thème du cinéma et de la liberté artistique ont ainsi été retenus pour la vente.

Au palais, tu apparais sous le coup de crayon tendre de Plantu dans un panneau consacré à l’Iran. Sur les deux dessins, la pellicule symbolise l’évasion sous la forme de tapis volant et d’ailes dans le dos. Ce qui est à la fois joli et ironique : dans ton cas, la pellicule peut aussi être vue comme une entrave : c’est bien parce que tu tournes des films que tu as été condamné. Une idée révoltante, insoutenable, d’un autre temps.

Depuis longtemps, Cannes défend toutes les formes de liberté d’expression. On l’oublie parfois à cause des paillettes et des montées des marches glamour, mais les artistes persécutés ont toujours trouvé leur place ici, à l’époque soviétique comme à celle de la censure chinoise. C’est pourquoi tu te devais d’être là, ne serait-ce qu’en esprit.

A retrouver sur www.ecrannoir.fr

Comments are closed.