Cannes 2013 : Lettre à Jafar Panahi – jour 11



Cher Jafar,

Tu étais le grand absent de ce festival 2013, et pourtant tu n’as pas été oublié. En recevant le grand prix Un Certain Regard pour son magnifique film L’image manquante, le cinéaste Rithy Panh te l’a dédié, dans un geste d’une élégance folle.

Si Asghar Farhadi reçoit lui aussi un prix pour le Passé, aura-t-il à son tour une pensée pour toi ? Jusqu’à présent, il n’a guère mentionné ton nom, mais avoue que ça aurait de la gueule en plein théâtre lumière, devant les médias du monde entier…

Ton autre compatriote Mohammad Rassoulof, qui a reçu le prix Fipresci pour Les manuscrits ne brûlent pas, a quant à lui rendu hommage à tous ceux qui ont pris le risque de travailler avec lui. En accord avec les membres de l’équipe restés en Iran, il n’a cité aucun nom. Toutefois, on a senti que cela lui pesait de récolter seul tous les honneurs pour un film qui, plus que tout autre, n’aurait pu se faire sans l’engagement, l’abnégation et la loyauté d’un groupe soudé de personnes prêtes à prendre tous les risques pour qu’il existe.

A retrouver sur www.ecrannoir.fr

Comments are closed.