Berlin 2013 : Wer ist / qui est Nina Hoss ?



Filed under : Ma vie est un festival
nina hossNina Hoss n’en finit plus de chambouler les festivaliers berlinois. Il faut dire que l’actrice allemande a une longue histoire avec la Berlinale qui l’a placée sous le feu des projecteurs dès 2000 en faisant d’elle une  « shooting star », l’une des meilleurs jeunes talents européens soutenus par l’EFP (European Film Production). Des années plus tard, elle est revenue par la grande porte en faisant partie du jury (2011).
Entre deux, beaucoup de films et de travail. Puis, en 2007, la récompense berlinoise suprême : l’Ours d’argent de la meilleure actrice pour le film Yella de Christian Petzold. C’est leur deuxième collaboration (après Wolfsburg en 2003, pour lequel elle reçoit un Adolf Grimme Award) et depuis le cinéaste n’a cessé de lui offrir ses plus beaux rôles. On la retrouve ainsi dans Jerichow en 2009 et surtout dans Barbara, Grand Prix en 2012.

Dans ce thriller froid et paranoïaque, elle incarne une médecin exilée dans une petite ville d’Allemagne de l’Est pour avoir fait une demande de visa étranger. Le film est acclamé par la presse ainsi que sa prestation glaçante mais habitée.

Et cette année, Nina Hoss est de retour, plus impressionnante que jamais dans Gold de Thomas Arslan. L’actrice, qui n’a plus rien à prouver, surprend en pionnière attirée par le mirage de l’or. A cheval, dans de vastes paysages, et une carabine à la main, elle est l’héritière des cowboys d’antan, indestructible et obstinée, avec une pointe d’humour en prime. Le film est un drôle de western au féminin dans lequel les candidats à la ruée vers l’or disparaissent les uns après les autres, comme dans une émission de téléréalité. C’est également un joli portrait de groupe et surtout un très beau portrait de femme, ambivalente et forte, rôle dans lequel l’actrice excelle.

Une fois encore, elle mériterait un prix d’interprétation… mais il est peu probable qu’on lui en attribue un deuxième en si peu d’années. Trop d’ours tuent les ours…  Toutefois, puisqu’elle est attendue dans le dernier film d’Anton Corbijn, A most wanted man, d’après le roman de John le Carré, on se prend à rêver : pourquoi ne pas l’imaginer fouler les marches d’un autre grand festival européen et, qui sait, ajouter un nouveau trophée à son palmarès ? Histoire de prouver que, quelle que soit la forme de la statuette, elle est définitivement une actrice en or.

A lire sur www.ecrannoir.fr

Comments are closed.