Berlin 2013 : pronostics et favoris



Filed under : Ma vie est un festival

berlin 2013À quelques heures de la proclamation du palmarès de la 63e Berlinale, le moment est venu de se livrer au grand jeu des pronostics. Exercice cette année particulièrement difficile tant aucun film ne semble réellement faire l’unanimité.

La compétition n’a pas été mauvaise, mais tiède, peu enthousiasmante, avec une majorité de films qui semblent rester en deçà de leur sujet, incapables d’être à la hauteur de leurs ambitions. Sans compter les quelques œuvres dont on se demande ce qu’elles font en compétition (Promised land de Gus van Sant, Layla Fourie de Pia Marais, La mort nécessaire de Charlie Countryman de Frederik Bond, quoi que dans des proportions et pour des raisons différentes), on a été déçu par le manque de mordant du dernier Ulrich Seidl (Paradis : espoir) ou par les intentions un peu ratées du Soderbergh (Side effects).

Même Prince avalanche de David Gordon Green, dont on n’attendait rien, et qui a séduit une partie de la presse, s’avère un remake quasi plan par plan de l’original (Either way de l’Islandais Hafsteinn Gunnar Sigurðsson), avec juste une pointe de surenchère qui le rend peut-être plus « fun » mais lui fait perdre une partie de son charme décalé.

Camille Claudel 1915, Harmony Lessons, Closed curtain, Gold

Le palmarès risque donc d’être lui aussi en demi-teinte. Tout dépendra dans le fond de l’orientation prise par le jury présidé par Wong Kar-wai. Si les jurés penchent pour un cinéma radical et exigeant, leur choix pour un grand prix peut se porter en priorité sur trois films.

On pense immédiatement à Camille Claudel 1915 de Bruno Dumont, habité d’un véritable souffle tragique et servi par une mise en scène élégante et posée qui est comme un écrin à la présence douloureuse de Juliette Binoche.

Harmony Lessons du Kazakh Emir Baigazin a également ses chances, lui aussi magistralement filmé, avec un sens du cadre qui fait oublier ses quelques longueurs. Le mélange d’humour burlesque et franchement noir ainsi que l’universalité du sujet (la violence, ses manifestations et sa perpétuation) peuvent toucher les jurés soucieux de récompenser une œuvre engagée.

Enfin, Closed curtain de Jafar Panahi peut être un choix évident. Difficile en effet de faire abstraction du contexte dans lequel il à été tourné et des risques pris par tous ceux qui ont participé au projet. D’autant que le film, bien qu’inégal, dépeint avec une rare intensité l’état d’esprit d’un artiste que l’on empêche de créer. Jafar Panahi livre une réflexion avant tout sur lui-même, et sur la manière dont il réagit à l’interdiction qui le frappe, mais aussi plus largement sur la condition de l’artiste en général. Ce faisant, il délivre un message à la fois de résistance et d’espoir à destination de tous ceux qui sont sous le coup de la censure. Lui donner l’ours d’or serait à ce titre un geste extrêmement politique.

En revanche, si le jury décide au contraire d’être plus consensuel, Gold pourrait être un bon choix : bien écrit, bien réalisé, le western de Thomas Arslan figure parmi ce que l’on a vu de plus maitrisé et abouti pendant le festival. Le personnage de « cowgirl » indestructible interprétée par Nina Hoss ajoute même une touche d’humour et de sensibilité à cette ruée vers l’or qui se transforme en hécatombe

In the name of, Child’s pose, An epidode In the Life of an iron picker, Vic+Flo ont vu un ours

Côté outsiders, tout est possible. Il semble notamment que l’Europe de l’Est ait sa carte à jouer avec In the name of de la Polonaise Malgoska Szumowska, Child’s pose du Roumain Calin Peter Netzer ou An epidode In the Life of an iron picker de Danis Tanovic (Bosnie).

Le premier bénéficie d’un scénario brillant qui construit intelligemment son intrigue en déjouant sans cesse les attentes du spectateur. Son sujet brûlant, surtout pour un film polonais, (l’homosexualité dans l’Eglise), peut par ailleurs être un atout « politique ». Même chose pour le film de Danis Tanovic sur ce père de famille pauvre  qui se démène pour sauver la vie de sa femme et doit se heurter aux persécutions du milieu médical. Au lieu d’être misérabiliste, comme on pourrait s’y attendre, An epidode In the Life of an iron picker est une incursion sensible dans une petite communauté rom où la solidarité finit par prédominer. La mise en scène naturaliste et la banalité des situations présentes à l’écran en font presque un reportage choc. Et pour cause : il s’agit d’une histoire vraie, interprétée à l’écran par ceux-là même qui l’ont vécue.

Plus dur, Child’s pose est le portrait d’une époque et d’un childsposecertain milieu social en même temps que celui d’une mère possessive. Le film aborde le conflit de générations et la question de la culpabilité, tout en dressant un tableau peu amène de cette classe moyenne dominante qui se croit tout permis sans que quiconque pense à les contredire. Les scènes étirées,  les dialogues brutaux, tout contribue à un sentiment de malaise qui sonne juste.

Mais la surprise pourrait aussi venir du Québec. Vic+Flo ont vu un ours de Denis Coté est le genre de film qui divise : soit on déteste, soit on adore. Sa mise en scène au cordeau, son étrange mélange des tons et des genres, son casting trois étoiles (Romane Bohringer, Pierrette Robitaille, Marc-André Grondin… ) peuvent lui valoir une récompense, d’autant qu’il y a peu de candidats pour le prix Alfred Bauer de l’innovation cette année…

Lire la suite sur www.ecrannoir.fr

Comments are closed.